Mythologie Bourguignonne

Publié le par liaudinna

cette page subira des modifications, car elle est en cours de construction.

toutefois si vous avez des informations, sur les fées, les dieux, les déesses, les trolls, les pierres, les vallées, les forêts, les puits, les personnages et autres, faîtes les moi parvenir.

merci. 

Mythologie Bourguignonne

 

 

 

- La Bête aux Sept Têtes (Autunois)

 

- La Bête de Vergisson (Saône-et-Loire) , espèce de bêtes faramine

 

- Le Bec , oiseau fantastique

 

- Le Cocadrille , qui naît de l’accouplement monstrueux d’une couleuvre mâle avec une poule (Yonne)

 

- Le Grand Couère , espèce de Bohémien mythique (Beaunois)

 

- La Fée Carabosse

 

- Le Chasseur Noir

 

- La Chausse-Vieille (Ciry-le-Noble , Saône-et-Loire)

 

- Forte-Epaule, géant démoniaque (Dijon)

 

- La Goulue , mangeuse d’enfants (Saint-Maurice-sur-Vingeanne , Côte-d’Or)

 

- La Bourrique Noire (Charolais)

 

- La Brebis noire

 

- Le Loup Blanc

 

- Le Loup Verou , sorcier changé en loup , loup-garou

 

- Le Cheval Bayard (Auxois)

 

- Les Follets , feux follets , les Orjus en Saône-et-Loire , les Clas en Côte-d’Or

 

- La Galipote, espèce de revenant, jouant des tours pendables (Autunois , Chalonnais , sud de la Côte-d’Or)

 

- Le Grapin , qui tirait les enfants qui se penchaient sur la margelle des puits (Fleurey-sur-Ouche , Côte-d’Or)

 

- La Mère Engueule , qui avait le même rôle et dont on menaçait les enfants qui s’approchaient des fontaines , puits , lavoirs, citernes , cours d’eau , etc ... (Bourgogne du Nord)

 

- La Mère Lousine , même rôle (Bourgogne du Nord)

 

- La Mère Gaillon , de Gaille : truie, femme malpropre (Châtillonnais)

 

- Le Tire-Bigot , homologue du Grapin (Saint-Denis-en-Bâche, Côte-d’Or)

 

- Les Goules (Menesbles , Côte-d’Or)

 

- Les Hommes Rouges (Clunisois)

 

- La Limousse (Aubigny-les-Sombernon , Côte-d’Or)

 

- La Mère Caboche , vieille femme aux yeux verts, qui se promène avec un sac et un bâton

 

- Le Mouton sans tête

 

- Les Ramagis , follets (Yonne)

 

- Les Queulas , feux follets , âmes des morts

 

- Le Rouge , oiseau fantastique

 

- La Sarguelle (Gemeaux , Côte-d’Or)

 

- La Tartebouille , Tarteboille (Saint-Romain , Bouilland , Côte-d’Or) être malfaisant que sainte Marguerite put enchaîner avec sa ceinture

 

- La Vivre , Vouivre , qui garde les souterrains des châteaux pleins de trésors. Celle de Couches (Saône-et-Loire) a donné lieu à une fête tous les vingt ans

 

- Le Père Fouettard

 

- La Vieille , gardienne des villes. On fait croire aux enfants se rendant pour la première fois dans un bourg qu’ils auraient à embrasser son postérieur ...

 

- Belenus , Jean Belein à Gemeaux en Côte-d’Or

« Que le bon Jean Belein

Nous baille paingne et veïn ! »

Pendant une sécheresse , on le supplia de faire pleuvoir et il plut !

 

- Epona

 

- Cernunnos

 

- Le Tricéphale

 

- Esus

 

- Le Peût , le Diable ; on lui attribut :

- des sites étranges : Pierres du Diable , Caves au Diable , Fauteuils du Diable , Fontaines au Diables , Bottes du Diable.

- des lieux sauvages qui passent pour être des gîtes : Côtes du Diable , Creux du Diable , Combes au Diable , Noue du Peut , Mare au Peut.

 

Dans les contes populaires souvent il est dupé par plus malin que lui : le Diable se métamorphose en cheval noir , en bouc , en gros chien ou en mouton noir. Il réunissait ses suppôts dans des sabbats.

 

- Les Fayes , les Fées , il y en à deux types :

 

- des Fées bienfaisantes :

 

 

le Château Mignon à Antheuil (Côte-d’Or) , est l’objet d’une légende christiannisée. Les fées avaient résolu de bâtir leur « château » envers et contre tout : « Que Dieu le veuille ou ne le veuille pas, Château-Mignon nous bâtirons ». Jamais elles ne purent terminer leur oeuvre , en raison de leur impertinence sacrilège.

 

 

L’église de Hauteville-lès-Dijon , bâtie en appareil en épi , a paru si singulière qu’elle fut imputée aux fées .

 

 

La flèche de pierre ouvragée de l’église Saint-Philibert de Dijon.

 

 

Au mont de Bar (Bar-le-Régulier, en Côte-d’Or), on voit une dalle de roche percée de quantité de petits trous. On dit que c’était là que les fées dansaient.

 

 

A Chalmoux (Saône-et-Loire) deux gros rochers , au lieu-dit les Trentes-Vents , auraient échappé à des fées les transportant dans leur tablier , alors qu’elles construisaient le pont de Toulon-sur-Arroux (Saône-et-Loire).

 

 

Les grottes d’Arcy-sur-Cure (Yonne) , avec leurs déploiements de stalactites, leurs parois tapissées de tentures de calcite, leur joli bassin , seraient aussi l’oeuvre des fées.

 

 

A Cerilly (Yonne) , des archéologues voulurent transporter à Paris la portion de la Pierre aux Fées présentant d’étranges rainures ; les fées mécontentes de ce sacrilège, culbutèrent le chariot ...

 

 

- des Fées malfaisantes :

 

 

A Fixin (en Côte-d’Or) , la Jeannette apparaissait sous la forme d’une dame verte qui s’ébattait dans l’eau d’une source. Si un passant était attiré par ses grâces, la Jeannette, souriante, lui ouvrait les bras et le serrait si fortement que le malheureux ne pouvait plus se libérer quand elle le plongeait dans l’eau jusqu’à complète asphyxie.

 

 

Les Follettes , grimpaient sur les chars des paysans qui n’arrivaient pas à s’en débarrasser. Un laboureur n’hésita pas à entrer dans la Saône pour les faire fuir.

, grimpaient sur les chars des paysans qui n’arrivaient pas à s’en débarrasser. Un laboureur n’hésita pas à entrer dans la Saône pour les faire fuir.

 

 

La Virouade , à Gemeaux (Côte-d’Or), qui se transformait en serpent ; la Fée jaune qui hantait une fontaine dont l’eau donnait la jaunisse ; des Dames blanches habitaient une caverne sous la Charme, quiconque aurait eu l’audace d’y pénétrer aurait été noyé dans l’eau de la Fontaine de la Roche.

, à Gemeaux (Côte-d’Or), qui se transformait en serpent ; la qui hantait une fontaine dont l’eau donnait la jaunisse ; des habitaient une caverne sous la Charme, quiconque aurait eu l’audace d’y pénétrer aurait été noyé dans l’eau de la Fontaine de la Roche.

 

 

Près de Panthier (commune de Créancey , Côte-d’Or) , le voyageur qui aurait suivi la Dame des Chaumes aurait été écrasé par un rouleau.

 

 

Les Fées du Bois d’Arcy (Yonne) emportaient les enfants au berceau lorsqu’ils se trouvaient seuls et mettaient à leur place les leurs : ceux-ci n’avaient pas de talon.

(Yonne) emportaient les enfants au berceau lorsqu’ils se trouvaient seuls et mettaient à leur place les leurs : ceux-ci n’avaient pas de talon.

 

 

- La Louise (Morvan)

 

- La Margot ( Avallonnais)

 

- Les Fayettes (Brionnais)

 

- La Kiévelotte ou la Biche Blanche (Gemeaux , Côte-d’Or)

 

- La Tarboille (Bessey-en-Chaume , Côte-d’Or)

 

- La Galafre ( Aisy-sous-Thil , Côte-d’Or)

 

- La Grègue (Etalente , Cote-d’Or) , hantant la source de la Coquille

 

- Les Lavandières , battaient à mort les imprudents qui se seraient approchées d’elles

 

- Les Fileuses de laine qui tissaient les trames des destinées , etc ...

 

- La Beuffenie (Pouilly-en-Auxois, en Côte-d’Or , à l’Isle-sur-Serein , Yonne) , dépeint comme une vieille femme laide et sorcière. Elle hantait les rochers , on la voyait filer en certains endroits. On en menaçait les enfants qui n’étaient pas sages. Le soir du 13 janvier se déroulait, dans plusieurs villages, une curieuse mascarade. Un homme se déguisait en vieille femme , échevelée , la figure souillée, vêtue de noir, et un défilé s’organisait. Les jeunes gens, masqués aussi de la façon la plus hideuse , couraient derrière la Beuffenie, traînant des chaînes de fer ou d’autres ferrailles. La vieille agitait une sonnette, voire un collier de cheval à grelots. Et ainsi tous déambulaient à travers les rues des villages.

La Beuffenie paraît personnifier l’hiver , le mauvais temps , le mal que l’on devait stigmatiser et chasser , en ce jour de fairie.

 

- Gargantua , il est universel ...

 

- les traces qu’il a laissé :

 

Des pâtons (tertres) en Côte-d’Or à Nan-sous-Thil , Fontangy , Grignon, Sussey, Auxey-le-Grand, Massigny-lès-Châtillon ; dans l’Yonne à Senan , Veron ; en Saône-et-Loire à Chamilly , etc ...

 

- des cavités :

 

Une espèce de bassin dans un rocher près d’Aisy-sous-Thil se dénomme l’Assiette de Gargantua.

 

-autres :

 

Il s’est assis sur un rocher en forme de fauteuil près de la Croix-Sainte-Barbe à Burgy (Saône-et-Loire). Il a asséché la Brenne, à Alésia , en se désaltérant. Il a pris un bain de pied dans la Saône, à Mâcon. Il a laissé l’empreinte de son pied au Pas de Gargantua à Cessey-lès-Vitteaux (Côte-d’Or). Il a mangé la soupe de douze hommes au Moulin Cassin à Dompierre-en-Morvan (Côte-d’Or). Il a effectué un bond formidable près d’Is-sur-Tille (Côte-d’Or), d’où le Saut de Gargantua , etc ...

 

 

 

 

 

 

Publié dans cultures

Commenter cet article