parabôle de l'enfant prodigue (bourguignon)

Publié le par liaudinna

ce texte est écrit dans la langue dijonnaise, l'auteur s'est inspiré de La Monnoye.

 

PAIRAIBÔLE

DE L’ANFAN PRÔDIGUE

Evaingille de Sain-Luc, chaip.XV.

 

 

 

 

11 . El y aivoo éne foî ein homme qu’aivoo deu fi,

12 . Don le darrei li disi : Mon peire, baillé-me ce qui me revarré dan vote bé. Et le peire lo fezi le pataige de son bé.

 

13 . Queique jor aipré, le darrei de cé deu fi rémassi tô ce qu’el aivoo, et s’en ali bé loin, en ein paï étraingé, voù ai maingi tô, jeùsqùai sai darreire ôbôle, aivô dé vauran et dé drôlaisse.

 

14 . Quant ai n’eu pu ran, ai vin an ce paï-lai eine fameigne de stei qui peuvon contai, si bé qu’ai quemanci ai aivoo lé dan longue ; ai ne saivoo pu de quei coutai baillai de lai téte, ni ai quei sain se vouai.

15 . Ai s’an-fu don, et se maiti ai moitre ché ein borgeoi de l’androi qui l’anvii dan sai farme por y gadai, san vote respai, lés haibillé de soo.

 

16 . Lai el airoo étai bé contan de rampli son vantre et de lochai sé babeigne de lai laivure et dés écoufle que lé couchon maingein, ma nun ne li an bailloo.

 

17. Ai lai fin s’etan requeùnu, ai se disi : El y é bé dé vaulô ché mon peire qu’aivon du pain de réste, et de moi i vai meuri de faim su ein femei.

 

18 . Sù, leuvon-no, ailou trôver mon peire ; j’li diron : Peire, i seù bé graigne d’aivoi peiché contre le cierr et contre vo et tô ;

19 . I ne seù pu daigne d’étre regadai comme vote fi ; ma recevé-me comme ein de vo vaulô : çá deijai trô bon po moi.

20 . Ai se leuvi don et vin trôver son peire qui de tô loin qu’ai l’éporsu an fu tôché de pidié ; et coran vé lu ai li sauti au cô et l’ambraissi ;

21 . Et son fi li disi : Mon peire, ié peiché contre le cier et contre vo et tô ; i an é éne gran repantance et i ne seù pu daigne que vo m’aipelein vote fi.

 

22 . Aidon le peire fi ai sé vaulô : Coré vite charchai lai pu belle rôbe et vo l’haibilleré ; vo li forreré éne bague au doi et vo li bôtré dé soulei é pié.

 

23 . Qu’on émeune et tô le veá grá et qu’on li côpe le guarguillô ; maingeon et fezon bôbance ;

 

24 . Porve que mon fi que veci étoo mor, et el á ressuicitai ; el étoo padu et el á retrôvai. Ai quemancire don ai faire festin et ai veùdiai pu d’ein brô.

 

25 . Pandan lai féte, son fi le pu veil, qu’étoo ai lai charrue, s’an reveni, et quant ai fu pré de lai moison, el antandi lai musicle que juein lé menétrei et le viéleu, et le bru dé sauteuse qu’on dansoo dan lai grainge.

 

26 . El aipeli don ein dé vaulô, et li demandi ce que c’étoo que tô ce train lai.

 

27 . Ç’á, fi le vaulô, que vote fraire á de retor, et que vote peire é fai tuai le veá grá an rejouissanc de ce qu’ai le revoi bé potan ;

28 . C’te nôvelle, ai laiquei ai ne s’aittendoo guère, li fi montai lai moutade au née, et tô rouge qu’el étoo de côlaire, ai ne veloo pa rantrai dan le lôgi ; ma son peire, évarti du fai, étan soti po l’an priai,

29 . El an recevi po tôte reponse : Je velaai jei tan d’année qui seù vote sarviteu, et i ne vos é jaimoi désôbéi an ran de c’que vo m’aivé quemandai ; et potan vo ne m’aivé pa tan seuleman baillé ein meichan cabri po bringuai et me régalai d’aivô més aimin ;

30 . Ma dó que vote anfan gâtai á revenun quasi nu come ein var, aipré avoi maingé tô son butin aivô ein tá de máchedru, de ribau et de gaudrille, vos aivé an grant aprousse tuai le veá grá, et vo n’aivé aivu couite que de faire juai lai féte po lu.

31 . Aidon, li fi le peire : Époisé-vo, m’nanfan, vos éte tôjor d’aivô moi, et tô ce qui é át ai vo ;

32 . Ma ai faloo bé faire festin et no régaudi, porce que vote fraire étoo mor, et el á ressuicitai ; el étoo padu et el á retrôvai.

Commenter cet article