une anecdote

Publié le par liaudinna

 

On karabi keryo !: Une anecdote :

 

Vé Meli Bounë, kemè dè toute le greuche freme, éy’ave, lou grè vôlë, la bone, lou vashi, pi lou karabi. Kyè l’avon a chui de gyeutô, lou grè vôlë faje petô chon keté, pi tou lou mondou seurtive de trôbla.

Chez Marie Bone, comme dans toutes les grosses fermes, il y avait le Maître Valet, la bonne, le petit domestique et le berger. Quand ils avainet fini de dîner, le maître valet faisait claquer son couteau et tout le monde sortait de table.

 

La métrecha, la bone pi lou karabi alôvon neteyë la buzhe. La bone montôve su lou plèshi pe déssèdre l’étarnezha. Cho zhou tyë, sé pô che ke t’arevô ; éy’a na planshe k’a kachô, pi la bone a pachô a trava lou plèshi ; la réchtô pèdya pe dechou lébré avoué cha rouba retrouchô.

La patronne, la bonne et le jeune dometique allaient nettoyer l’étable. La bonne montait sur le fenil pour descendre la litière. Ce jour-là, je ne sais ce qui s’est passé, il y a une planche qui a cassé, la bonne est passée au travers du plancher et elle est restée pendue par dessous les bras, avec sa robe retroussée.

 

Guétya pô ! guétya pô ", kreye la métrecha, " évo l’aveyë. Tè pi ! " repon lou karabi è che metè la mon devè on zu. " Tè pi mètrecha, zh’ajardou on zu. "

 

Ne regardes pas ! ne regardes pas ! " crie la patronne, "  ça va t’aveugler. Tant pis ! ", répond le jeune homme en se mettant la main devant un œil. "  Tant pis patronne, je risque un œil. "

Publié dans brassè

Commenter cet article