proverbes et dictons

Publié le par liaudinna

Proverbes et dictons.

 

 

Pour réaliser un travail à peu de frais :

Cha pô pi na parshe, é fa na bala leya.

Sept piquet et une perche, ça fait une belle barrière.

 

Pour les optimistes et les philosophes :

Éy’a dè lé vyo tepin k’on fa de bena choupa.

C’est dans les vieux pots que l’on fait de la bonne soupe.

É vô myo ava on pete vè cha k’on gré vè lèj’ôtron.

Il vaut mieux être logé petitement chez soi que grandement chez les autres.

On prè mé de meushe avouè de mi k’avouè de venègrou.

On prend plus de mouches avec du miel qu’avec du vinaigre.

É vô myo fôzhe évya ke pedya.

Il vaut mieux faire envie que pitié.

Évô myo petô a larzhou ke de krevô a karou.

Il vaut mieux péter librement que de crever en se retenant / de crever dans un coin.

Matene pe le fene, midi pe lé bouvi, bezhô pe lé kezhô.

Matines pour les femmes, midi pour les bouviers, l’Angélus du soir pour les curés.

   

Én’a pô ke lé dra ke von aa la mecha.

Il n’y a pas que les justes qui vont à la messe.

 

Pour les nantis :

Ava de fin dè che boute.

Avoir du foin dans ses bottes.

 

Pour ceux qui travaillent dur :

I tizhe lou dyablou pe la kouva.

Il tire le diable par la queue.

 

Pour démontrer le mauvais caractère de la chèvre :

E fo fôzhe vya ke duzhe.

Il faut faire vie qui dure.

Katrou pekou, deuj’agu, fich’tontène, lyaka ku.

Quatre piquets, deux aigus et juste bonne à donner des ruades.

 

Pour appréhender les conditions météo et leurs influences sur les récoltes : :

Tin poumelô, fena fardô, ne chon pô de grè dezho.

Temps pourmelé, femme fardée, ne sont pas de longues durées.

Ènô de fin, ènô de rè.

Année de foin, année de rien.

Plète me teu, plète me kyè te vedré, te ne me veré pô devè lou ma de mé.

Plante-moi tôt, plante-moi tard, plante-moi quand tu voudras, tu ne me verras pas avant le mois de mai.

Plonzhe de fevri vô de femi.

Pluie de février vaut du fumier.

Pètekyeute, greuche kyeute, pré te n’ékouala, va frôjô, s’é ne frôje pô, va che ton fin ye mo, s’i ne pô mo, va che ton blô ye t’épeya, s’i n’e pô épeya, va te chetô u karou de ton fouä.

Pentecôte, grosses côtes, prends ton écuelle, va fraiser ; s’il n’y a pas de fraises, va voir si ton foin est mûr ; s’il n’est pas mûr, va voir si ton blé est à l’épi, s’il n’est pas à l’épi, va t’asseoir au coin de ton feu.

Éy’e la kouzhouna de Sè-Bernabé ke rouzhaye, ke verdaye, é katrou karou de la montagne.

C’est la couronne de l’arc-en-ciel qui rougeoie, qui verdoie aux 4 coins de la montagne.

Chinna ta cheya de la procha pi ton blô è tara grôcha.

Sème ton seigle dans la poussière et ton blé dans la terre grasse.

Taya teu, taya ta, rè ne vô la taye de Ma.

Taille tôt, taille tard, rien ne vaut la taille de mars.

Pe lou bon tin, toute le zheuzhe kouzhon.

Par beau temps, tous les vents soufflent.

É pleu touzhou levé do bin apré la meyeu.

Il pleut toujours là où c’est trop mouillé.

Che te vo de blô, fa de prô.

Si tu veux du blé, fais des prés.

Avoué lou femi, tou vin, sè femi, on n’a rè.

Avec le fumier, tout vient ; sans fumier, on n’a rien.

Chenô sè femi, éye che ruinô.

Semer sans fumier, c’est se ruiner.

Avoué on peu de tara pi de femi, te fazhë veni de kerde su lou yô du hyoushi.

Avec un peu de terre et du fumier, tu ferais venir des courges sur le haut du clocher.

Lou femi ke va perdè chon ju, par de chon mètre lèz’éku.

Le fumier qui va perdant son jus, perd de son maître les écus.

 

Pour les gens difficiles :

Ouëzhou chou na bena, pi na pyara de melin dessu, i mèzheza bin cha choupa è seurté.

Huit jours sous une benne et une pierre de moulin posée dessous, il mangera bien sa soupe en sortant.

 

Pour ceux qui ont l’esprit d’imitation :

On bon shin è fa peschë cha.

Un bon chien en fait pisser sept.

 

Pour marquer à la campagne, la fin des grands froids et des veillées d’hiver, et la reprise des travaux au dehors :

A la shèdelo, on mete le karte chou l’ôla.

A la chandeleur, on met les cartes à jouer sous la marmite.

 

Pour ceux qui s’étouffent en mangeant :

Éy a pachô pe lou goulë de la preyizhe, pi y n’e pô byè afrelô.

C’est passé par le trou de la prière et il n’est pas bien fréquenté.

 

Publié dans proverbes

Commenter cet article